Embryons: Le Nouveau Business ?

Le Parlement européen a récemment adopté une proposition de règlement qui pourrait changer la manière dont nous considérons les embryons humains. Cette nouvelle législation, approuvée par 483 voix pour, 52 contre et 89 abstentions, classe les embryons humains comme des “substances d’origine humaine” (SoHO).

En gros, cette décision pourrait ouvrir la porte à des utilisations industrielles et éthiquement discutables des embryons humains. Imaginez un monde où les embryons humains sont traités comme de simples ressources, au même titre que le sang ou les tissus. Ça fait froid dans le dos, non ?

La proposition vise à harmoniser les règles sur les substances d’origine humaine dans l’UE. Les substances comme le sang, les tissus et les cellules sont déjà réglementées, mais cette nouvelle loi ajoute des éléments comme le lait maternel et la microbiote à la liste. Le but est de fournir un cadre harmonisé pour les transplantations et les dons, tout en maintenant certaines limites sur l’offre de ces thérapies.

L’un des points les plus controversés de cette proposition concerne la compensation des donneurs. Le texte adopté stipule que les dons doivent être basés sur le principe du don volontaire non rémunéré. Cependant, il y a un débat sur la manière de garantir que la compensation soit équitable sans devenir un incitatif au recrutement de donneurs ou à l’exploitation de personnes vulnérables.

Cette nouvelle législation affectera certainement la perception publique des embryons humains. En les classant comme des “substances“, on risque de déshumaniser ces formes de vie en développement et de les réduire à de simples objets d’échange ou de commerce.

Les risques éthiques sont également énormes. Cette décision pourrait influencer la recherche médicale et les pratiques industrielles de manière imprévisible. Par exemple, si les embryons humains peuvent être achetés et vendus comme des “substances”, cela pourrait encourager des pratiques non éthiques comme l’eugénisme, ni plus, ni moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.