Éclipse Totale : Le Grand Blanchiment Cosmique ?

Le 8 avril 2024, une éclipse totale de Soleil offrira un spectacle grandiose en Amérique du Nord. Mais pendant que les masses s’extasieront devant ce phénomène céleste, se pourrait-il que des manigances plus sombres se trament en coulisses ?

Prenez le CERN et son projet de Futur Collisionneur Circulaire (FCC) à 20 milliards d’euros. Une sacrée somme qui part en fumée pour traquer d’hypothétiques particules, sans garantie de résultats tangibles. Le boson de Higgs, découvert en grande pompe en 2012, n’a pas vraiment révolutionné la physique comme promis. Mais qu’importe, il faut bien justifier les budgets colossaux et maintenir l’illusion d’une recherche fondamentale indispensable. Ou serait-ce plutôt une façon habile de blanchir de l’argent à grande échelle, sous couvert de science ? Les contribuables apprécieront.

Et que dire de la NASA, qui compte bien profiter de l’éclipse pour envoyer une armada de fusées et de ballons stratosphériques scruter le Soleil obscurci ? Un déploiement de moyens impressionnant, qui coûtera sans doute une fortune aux contribuables américains. Mais la NASA a l’habitude de voir les choses en grand, elle qui a englouti plus de 500 millions de dollars dans la contribution des États-Unis au LHC du CERN. Une façon de garder la main sur la recherche européenne et de placer ses pions, tout en faisant briller la bannière étoilée.

Mais au-delà de la course au prestige et à la domination scientifique, n’y aurait-il pas des intérêts plus troubles qui se cachent derrière ces mégaprojets dispendieux ? Blanchiment d’argent à grande échelle, détournement de fonds publics, financement occulte d’activités inavouables… Les théories du complot fleurissent, nourries par l’opacité qui entoure ces grands centres de recherche et l’ampleur des sommes en jeu. Après tout, quoi de plus pratique qu’un trou noir budgétaire supraconducteur pour faire disparaître des milliards sans laisser de traces ?

Bien sûr, il serait malvenu de gâcher la fête de l’éclipse avec ces supputations malveillantes. Profitons du spectacle céleste, en espérant qu’il fera de l’ombre aux magouilles terrestres. Et si d’aventure, la lumière de la science pouvait aussi éclairer les zones d’ombre de la finance, ce serait un sacré bonus. Rendez-vous le 8 avril 2024 pour un nouveau tour de passe-passe cosmique, où l’ombre et la lumière se disputeront la vedette. Que le spectacle commence !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.