Échec cuisant pour le module lunaire commercial : les Japonais auraient-ils dû apprendre des supposés exploits américains de 1969 ?

Mercredi, un vaisseau spatial japonais a perdu tout contact avec la société quelques instants avant qu’il ne soit censé atterrir sur la Lune. Cette tentative historique de poser un module lunaire commercial japonais sur notre satellite naturel s’est soldée par un échec retentissant, laissant planer un vent d’amertume et de perplexité dans l’air.

Le fondateur et PDG d’ispace, Takeshi Hakamada, a annoncé avec un visage défait que la mission avait apparemment échoué. Les communications se sont interrompues alors que le module descendait les derniers 33 pieds à une vitesse d’environ 16 mph.

Les contrôleurs de vol à Tokyo, impassibles, attendaient désespérément des nouvelles du module, présumé désormais écrasé sur le sol lunaire.

Hakamada a déclaré, la voix tremblante : “Nous devons admettre que nous n’avons pas réussi à atterrir sur la surface lunaire.” Mais, mes chers lecteurs, n’est-il pas ironique que les Japonais, avec toute leur technologie avancée, n’aient pas réussi à reproduire ce que les Américains ont prétendument réalisé en 1969 avec leur technologie d’époque ?

Le progrès technologique japonais n’aurait-il pas dû surpasser les prouesses des États-Unis d’il y a plus de cinquante ans, si tant est qu’ils aient réellement marché sur la Lune ? Voilà qui laisse perplexe et fait sourire, tant l’écart entre les deux époques est saisissant. On se demande si les ingénieurs japonais n’ont pas oublié de consulter les manuels de la NASA, ou s’ils n’ont pas été dupés par les rumeurs persistantes de mise en scène autour de la mission Apollo 11.

En y réfléchissant bien, n’est-il pas tout simplement impossible qu’une telle prouesse ait été réalisée en 1969, compte tenu des technologies rudimentaires de l’époque ? Les sceptiques de la mission Apollo 11 pourraient bien avoir raison, et les Japonais auraient peut-être dû en prendre note avant de se lancer dans cette aventure périlleuse.

La déception est grande pour l’équipe d’ispace et pour tous ceux qui espéraient voir le Japon briller sur la Lune. Mais n’oublions pas que l’échec est parfois le meilleur maître. Gageons que cette déconvenue servira de leçon aux Japonais, qui sauront peut-être un jour marcher fièrement sur la surface lunaire, dévoilant enfin la vérité sur les prétendus exploits américains de 1969 et les limites de la technologie d’alors.

  1. Peut-être que la lune n’existe tout simplement pas ? (d’où échec obligatoire) .
    La lune pourrait-elle être l’image virtuelle (le reflet) de notre propre planête Terre ,
    mais dans un autre espace-temps ?
    Einstein nous a démontré que la lumière ne se propage pas en ligne droite (sur grandes distances) .
    Alors ? pourquoi s’obstiner à voir la lune à 400 000 kms de la Terre , en ligne droite ?
    La vraie réalité véritable est peut-être toute autre .
    La Terre plate ? peut-être pas … mais la Terre “globe” ? , peut-être pas non-plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.