Déraillement du rail privé au Royaume-Uni

Le débat sur la nationalisation des chemins de fer au Royaume-Uni fait rage. Les conservateurs, au pouvoir, semblent être sur une voie sans issue, insistant sur le fait que le secteur privé peut gérer efficacement les chemins de fer. Cependant, la réalité semble contredire cette affirmation. Le dernier exemple en date est le contrat TransPennine Express, qui a dû être repris par le gouvernement, devenant ainsi le quatrième contrat à être renationalisé depuis 2018.

La privatisation des chemins de fer britanniques dans les années 1990 a créé un système de capitalisme factice, où une industrie complexe et cohérente a été fragmentée en une série d’entreprises interdépendantes motivées par le profit privé plutôt que par le service public. Les conservateurs semblent terrifiés par l’idée que British Rail, une organisation d’État efficace et entreprenante, ait pu être un succès. Ils préfèrent se moquer des sandwiches de mauvaise qualité et du mauvais type de neige, plutôt que d’examiner la réalité d’une organisation qui a géré le système avec moins de subventions et a fourni un meilleur niveau d’investissement.

Le gouvernement conservateur est sur le point de consacrer la primauté du secteur privé dans la législation, avec la création de Great British Railways (GBR). Cette entité est censée être établie par une législation gouvernementale plus tard cette année et est le résultat de l’examen de Keith Williams et du livre blanc de Grant Shapps sur la future structure des chemins de fer. Cependant, loin d’être une renationalisation, la création de GBR est en fait tout le contraire. Selon la structure envisagée par les conservateurs, elle ne fournirait qu’une “direction” pour les services qui seraient tous fournis par des entreprises privées – les mêmes personnes qui sont responsables du désordre actuel.

il est clair que le débat sur la nationalisation des chemins de fer au Royaume-Uni soulève des questions fondamentales sur le rôle du service public et la place du secteur privé dans la fourniture de services essentiels.

Les chemins de fer ne sont pas simplement une entreprise commerciale, ils sont un service public essentiel qui joue un rôle crucial dans l’économie, l’environnement et la vie quotidienne des gens.

La privatisation a peut-être semblé une bonne idée à l’époque, mais les preuves s’accumulent pour montrer que le secteur privé n’est pas toujours la meilleure option pour gérer des services aussi vitaux et complexes. Les échecs répétés de contrats privés, comme celui de TransPennine Express, montrent que le profit privé peut souvent entrer en conflit avec le service public.

Il est donc temps pour le gouvernement britannique de reconsidérer son approche et de reconnaître que le service public doit toujours être la priorité. Cela pourrait signifier une renationalisation complète des chemins de fer, ou du moins une réforme majeure du système actuel pour garantir que le service public est toujours au cœur de la gestion des chemins de fer. Quoi qu’il en soit, il est clair que le statu quo n’est plus une option viable.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-reportage-de-la-redaction/la-privatisation-du-rail-britannique-remise-en-question-2205649

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.