Espionnage américain : les données en solde

Dans une ère où la vie privée semble être un concept obsolète, les agences de renseignement américaines ont trouvé une nouvelle façon de contourner les lois sur la protection des données. Selon un rapport du gouvernement, ces agences achètent et stockent des informations personnelles sur les citoyens américains avec peu de supervision et de directives. Cette pratique soulève des questions cruciales sur la confidentialité et les libertés civiles.

Le rapport, publié par le Bureau du Directeur du Renseignement National, révèle comment les agences de renseignement américaines ont profité de la disponibilité généralisée de données sur les Américains à vendre. Ces données, appelées “informations disponibles commercialement” (CAI), peuvent révéler des informations sensibles et intimes sur les attributs personnels, le comportement privé, les connexions sociales et le discours des personnes américaines et non américaines. Elles peuvent être utilisées pour s’immiscer dans la vie privée, ruiner des réputations, causer de la détresse émotionnelle et menacer la sécurité des individus.

Les agences gouvernementales doivent naviguer dans un labyrinthe de lois qui les empêchent souvent de suivre les Américains sans ordonnance judiciaire ou mandat. Cependant, il existe peu de restrictions légales sur les entreprises privées qui achètent, reconditionnent et vendent des données personnelles. Cela a permis à toute une industrie de courtiers en données de prospérer en vendant des informations très spécifiques sur les personnes. Les agences de la communauté du renseignement américaine peuvent simplement acheter ces informations auprès des entreprises qui les collectent.

Le rapport cite une large gamme d’exemples d’agences gouvernementales envisageant et potentiellement utilisant des contrats avec des entreprises privées pour acheter des données personnelles. Par exemple, l’Agence de renseignement de la défense a contracté LexisNexis, la Marine a contracté une entreprise appelée Sayari Analytics pour une base de données de personnes qui pourraient être liées à des personnes sanctionnées, et le FBI a contracté l’entreprise de cybersécurité ZeroFox pour des alertes sur les médias sociaux.

Ron Wyden

Les dangers pour la vie privée vont au-delà du gouvernement américain. Les agences de renseignement étrangères ont un accès similaire à ces entreprises et peuvent acheter leurs données. Le sénateur Ron Wyden, qui a initialement demandé la publication du rapport, a déclaré qu’il montrait que les États-Unis ont besoin de plus de protections pour la vie privée numérique des citoyens.

https://www.wired.com/story/ndaa-2023-davidson-jacobs-fourth-amendment/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.