Binance attaqué: CZ en guerre contre le gendarme financier

La nouvelle est arrivée telle une cryptomonnaie en chute libre : le régulateur financier américain a pointé son regard sévère vers Binance, le plus grand exchange du monde. Sans la moindre surprise, le geôlier financier frappe fort, nous rappelant tous que ce n’est pas parce que vous cachez votre argent dans des jetons numériques qu’il ne peut pas vous trouver.

Il semblerait que la Securities and Exchange Commission (SEC) ait conclu que Binance avait mélangé les fonds des clients avec les siens propres, avant de les faire glisser subrepticement vers une entreprise européenne dirigée par nul autre que Chanpeng Zhao (CZ) lui-même. La même CZ, co-fondateur et CEO de Binance, qui tente désespérément de nous convaincre que le cryptomonde est un endroit sûr.

La SEC a dégainé son sabre et a porté 13 charges contre Binance et CZ.

Et ce n’est pas tout, la SEC, dans son élan, s’est aussi attaquée aux tokens SOL, ADA, MATIC, FIL, ATOM, SAND, MANA, ALGO, AXS et COTI, les cataloguant comme des valeurs mobilières. Un mouvement de défiance fort de la part de l’organisme régulateur qui semble avoir déclaré la guerre aux cryptomonnaies.

Un grand nombre d’adeptes de la crypto se tournent vers les réseaux sociaux pour exprimer leur dédain face à ces nouvelles réglementations. Les arguments sont forts, les insultes sont aiguisées et le drame est à son apogée. Certains prétendent même qu’une nouvelle forme de guerre froide est en train de se jouer entre la finance traditionnelle et l’univers cryptographique.

La SEC accuse Binance et CZ de “mépris flagrant” des lois fédérales américaines. La question qui se pose maintenant est de savoir comment Binance et CZ réagiront face à ces charges. Resteront-ils défiants ou adopteront-ils une position plus conciliante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.