Big Pharma: marchands de drogues dures

Il est difficile de croire que certaines des substances les plus dangereuses et addictives que nous connaissons aujourd’hui ont été autrefois vendues comme des médicaments miracles. Prenez l’héroïne, par exemple. En 1898, la société pharmaceutique Bayer a commercialisé l’héroïne comme un remède contre l’asthme et la toux des nourrissons. Un médicament pour les bébés, imaginez-vous ça ?

L’héroïne n’est pas la seule drogue qui a été vendue comme un médicament. La cocaïne, par exemple, a été utilisée comme anesthésique et pour traiter diverses affections, y compris la dépression et l’anxiété. Même le LSD a été commercialisé comme un médicament psychiatrique dans les années 1950 et 1960.

Ces exemples peuvent sembler absurdes aujourd’hui, mais ils soulignent un problème sérieux. L’industrie pharmaceutique, avec son pouvoir et son influence, a souvent joué un rôle dans la création et la propagation de l’usage de drogues. Ils ont présenté ces substances comme des solutions miracles, minimisant ou ignorant complètement leurs effets secondaires potentiellement dévastateurs.

Et ce n’est pas seulement une question du passé. Pensez à la crise des opioïdes qui sévit actuellement aux États-Unis. Des entreprises comme Purdue Pharma ont fait la promotion agressive de médicaments comme l’OxyContin, malgré les preuves croissantes de leur potentiel d’addiction. Le résultat ? Une épidémie d’addiction et de décès par overdose.

Alors, que pouvons-nous faire ? Il est temps de repenser notre relation avec l’industrie pharmaceutique. Nous devons exiger une plus grande transparence et responsabilité. Nous devons nous rappeler que le but premier de ces entreprises est de faire du profit, pas nécessairement de nous garder en bonne santé. Et surtout punir ces vendeurs de mort, sinon ils recommenceront sans cesse.

https://youtu.be/8uTvacq1Bx0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.