Oklahoma : Énergies fossiles, un futur pétillant

L’Oklahoma, État précurseur et audacieux, vient de frapper un grand coup dans le monde de la finance en refusant de collaborer avec 13 banques qui ont succombé à la mode des politiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Fidèle à ses convictions, l’Oklahoma défend bec et ongles ses combustibles fossiles et son économie prospère.

Parmi les banques bannies, on retrouve des géants comme Black Rock, Wells Fargo, JP Morgan Chase, qui ont eu le tort de vouloir préserver l’environnement au détriment des intérêts économiques immédiats. Le trésorier de l’État, Todd Russ, a veillé à l’application stricte de l’Energy Discrimination Elimination Act, une loi qui préserve les précieux intérêts des énergies fossiles dans l’Oklahoma.

Russ a interrogé des dizaines d’institutions financières afin de déterminer si elles respectaient les exigences de cette loi protectrice. Les 13 banques sur la liste noire ont été écartées pour avoir boycotté l’industrie des combustibles fossiles ou pour ne pas avoir répondu au questionnaire envoyé par le trésorier. L’Oklahoma montre ainsi la voie à suivre pour défendre ses valeurs et sa prospérité.

L’énergie est un secteur clé pour l’économie de l’Oklahoma, générant emplois et croissance économique. Russ insiste sur l’importance de travailler avec des institutions financières qui privilégient les principes du marché libre et ne se laissent pas influencer par des objectifs sociaux. L’État cherche ainsi à soutenir les entreprises et les emplois locaux en protégeant son industrie énergétique.

Le gouverneur de l’Oklahoma, Kevin Stitt, a salué cette annonce, soulignant que l’État ne collaborerait pas avec des firmes financières qui boycottent les entreprises pétrolières et gazières et qui privilégient les critères ESG au détriment de leurs obligations fiduciaires. Cette décision ferme contribue à renforcer la position de l’Oklahoma sur la scène nationale et à défendre sa souveraineté économique.

D’ailleurs, l’Oklahoma n’est pas seul dans sa quête pour préserver les intérêts des énergies fossiles. Une coalition de 21 États américains rejette également les projets d’investissement ESG, démontrant leur solidarité face à une politique jugée préjudiciable à leurs économies. Les États-Unis se montrent ainsi unis et déterminés à protéger leurs richesses naturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.