Capitalisme Inclusif : La Grande Illusion

Le “Conseil pour un Capitalisme Inclusif” (CIC) se présente comme une lumière brillante dans le monde des affaires, promettant une économie qui profite à tous. Mais derrière ce halo se cache une réalité plus obscur, teintée d’agendas cachés et de manipulations.

Lynn Forester de Rothschild

Le CIC, avec Lynn Forester de Rothschild à sa tête, est étroitement associé à des titans tels que le Forum économique mondial, les Nations Unies et le FMI. Leur vision du “capitalisme inclusif” semble noble, mais elle est en réalité une tentative de lier les entreprises à des agendas sociaux et politiques, allant des passeports vaccinaux au wokisme.

Qui aurait cru qu’une pandémie mondiale serait l’occasion pour les élites de contrôler nos mouvements ? Sous le prétexte de la sécurité, ces passeports sont devenus un outil de contrôle, séparant la société en deux catégories : ceux qui peuvent se déplacer librement et ceux qui ne le peuvent pas.

Et puis il y a le wokisme, cette idéologie qui a envahi nos entreprises, nos médias et nos institutions. Sous le couvert de l’inclusivité et de la diversité, le wokisme est utilisé pour censurer, contrôler et, finalement, imposer une vision unique du monde. Le CIC, avec son accent sur la diversité et l’inclusion, semble embrasser cette idéologie, la poussant plus loin dans le monde des affaires.

Lynn Forester de Rothschild a récemment suggéré de jeter le terme “ESG” (Environnemental, Social et Gouvernance) à la poubelle lors du sommet du G20 en Inde. Mais ne vous y trompez pas, même si le terme change, l’agenda reste le même. L’ESG, avec son accent sur les questions environnementales, sociales et de gouvernance, est un autre outil pour influencer et contrôler les entreprises.

Pour illustrer, prenons l’exemple de Fortis Lux Financial, qui s’est engagé à augmenter la diversité de ses employés de 20% d’ici la fin de 2023. Ou bp, qui vise à améliorer la biodiversité autour de ses sites d’exploitation majeurs d’ici 2030. Ces initiatives peuvent sembler positives, mais elles sont souvent utilisées pour détourner l’attention des véritables agendas.

Le “capitalisme inclusif” n’est qu’un masque, cachant une centralisation accrue du pouvoir économique. Les mondialistes peuvent jouer avec les mots, mais leur objectif reste le même : un contrôle total sur l’économie mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.